Un lieu, un projet

La direction

Directeurs

Patrick Donnay
Directeur artistique du Théâtre Episcène

Diplômé de l’IAD (Institut des Arts de Diffusion – Belgique), Patrick Donnay a, notamment, suivi les cours de Mario Gonzalez, Pierre Debauche, Antoine Vitez, Guy Rétoré, Claude Evrard, Yukata Wada… Il a commencé sa carrière à 21 ans au Festival d’Avignon, en 1978, dans la cour du Palais des Papes avec Le Cercle de craie caucasien de Brecht mis en scène par Benno Besson. En 1979, il joue dans les 2 spectacles de la Cour d’honneur, Lorenzaccio et En attendant Godot au côté de Michel Bouquet mis en scène par Ottomar Krejka. A partir de là, il travaille alors avec plusieurs troupes, il crée une compagnie, il met en scène... En 1986, il entre à l’Atelier Saint-Anne de Bruxelles où il rencontre Philippe Vankessel avec lequel il entretiendra au fil des années, une grande complicité et une belle fidélité. En 1990, Philippe Vankessel est nommé directeur du Théâtre National de Belgique et l’engage comme comédien permanent. En 2017, Patrick est toujours comédien au Théâtre National/Wallonie-Bruxelles dont le nouveau directeur est Fabrice Murgia. Durant toutes ces années au Théâtre National, il travaille notamment avec Moshe Leizer (Le Dibbouk de Anski), Brigitte Jacques (Angels in America de Tony Kushner - Avignon IN 1994), Jacques Lassalle (Comme il vous plaira de Shakespeare), Jean-Marie Villégier (Les deux trouvailles de Gallus de Victor Hugo), Jean-Claude Berruti (Le médecin malgré lui de Molière – L’île des esclaves de Marivaux), Lars Noren (A la mémoire d’Anna Politovskaïa de Lars Noren), Denis Marleau (Woyzeck de Buchner)… Parallèlement, il fait partie de la distribution sur les mises en scène de Philippe Vankessel (La Bataille de Heiner Muller, Léonce et Lena de Buchner, Noces de Canetti, Dommage que ce soit une putain de John Ford, Le mystère de la rue Rousselet de Labiche…). Il travaille également avec Philippe Sireuil, Lorent Wanson, Pierre Laroche, Isabelle Pousseur… Il tourne actuellement avec Jacques le Fataliste de Diderot mis en scène par Jean Lambert, qui sera joué l’été prochain à Avignon, au Théâtre Episcène. Il prépare un seul en scène qui sera créé la saison prochaine. On pourra le voir bientôt à l’écran dans le dernier film de Benoît Jacquot « Eva » aux côtés de Gaspard Uliel. On le verra aussi en 2018 dans « Printemps noir » de Jean-Marie Piemme mis en scène par Philippe Sireuil. A côté de son métier de comédien, Patrick est également le créateur et le directeur du Festival Paroles d’Hommes (festival itinérant sur 10 communes en Province de Liège).

Jeannine Horrion
Fondatrice et administratrice générale du Théâtre Episcène

Jeannine Horrion est diplômée d'un régendat en Arts Plastiques à l'institut Marie-Thérèse à Liège. Dans sa jeunesse, elle fut animatrice au Centre Culturel Provincial Al Vil Cince à Berneau. Déjà emprunte d'un sens de l'initiative, elle créa trois ans plus tard, en 1984, son propre atelier créatif réunissant adolescents et adultes. Au fur et à mesure des années, cet atelier prit de plus en plus d'ampleur pour atteindre en 1987 les 60 élèves. Par la suite, désireuse d'enseigner la confiance en soi à travers l'art également aux plus jeunes, elle se joignit au Centre Culturel de Clermont sur Berwinne où elle donna cours à plus de 150 élèves, toutes générations confondues. Un souhait de partage jamais assouvi, elle devint de plus professeur d'Arts Plastiques au Collège de la Providence de Herve. Enfin, elle compléta ses connaissances en s'essayant au monde du marketing et des médias en tant que déléguée publicitaire pour le Groupe Rossel et responsable d'une édition de journal. Elle mit ce bagage à contribution, des années plus tard, lorsqu'elle se découvrit comme passion le théâtre. Elle-même, comédienne amateur au Théâtre Donne, elle devint responsable sponsoring et relations publiques au Festival Paroles d'Hommes. Elle put dès lors mêler son sens des affaires à ses facultés créatrices. Jeannine Horrion est également une femme de rêve. Après avoir élevé et vu grandir pendant plus de trente ans ses six enfants, sans aucun doute sa plus belle oeuvre d'art, elle eut un souhait fou… Parvenue à l'age de 60 ans, alors que tous pensent à la retraite, Jeannine, amatrice du Festival OFF d'Avignon depuis plusieurs années, eut la conviction qu'elle avait là une place à prendre. Elle désira y fonder son propre théâtre belge, symbole de la convivialité et du partage. Et quand Jeannine a une idée en tête, personne ne peut l'arrêter…